Recommandé sur mariages.net
CD 2013 BALDWIN STREET - jazz manouche over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
jazz manouche over-blog.com

CD 2013 BALDWIN STREET

17 Mars 2013 , Rédigé par djangophil.over-blog.com

BALDWIN STREET bBaldwin Street

Chronique de l’intérieur,

par PP le CB

 

 

Disque « roots » par ses conditions de prise de son, de mixage, de diffusion …

Disque de voyage plein d’étapes et de contrastes …

Témoignage spontané d’un travail permanent de plusieurs années, ce CD se hisse un peu plus que les autres vers une certaine lumière musicale, celle du jazz hérité des manouches.

 

Ouverture traditionnelle par « Joseph joseph » (#1) pompe immuable, violon plein, guitare serpentine : l’espace Djangophil est tracé …

La révérence au standard de Corea permet de goûter la suavité de la Gibson électrique et du sax qui apporte dans cette version de « Spain » (#2) la détente et l’économie qu’impose la chaleur Andalouse.

Chaud et froid, « Snow Swing » (#3) nous oblige à avancer dans une ambiance  de roulotte bringuebalée par les ornières de l’hiver. Le walking de la CB en lieu et place de traction (à corde et non avant) vient faire avancer impeccablement cette composition jusqu’à la plage suivante …

« Chant d’amour », « Lieberslied » (#4), emprunté au répertoire classique est l’occasion de goûter les saveurs veloutées de la guitare, soulignées par un violon aérien, acide et acerbe sur cette ballade qui hésite entre nostalgie et regrets …

La route encore, à l’américaine cette fois : « Road Song » (#5) à fredonner aussi bien Route 66 que Nationale 7, pendant que le décor en technicolor défile sur le pare brise …

Même si on est peu de choses, on rêve de pouvoir se dire « all the things you are » (#6), un morceaux où dialoguent sax et guitare … Se le diront-ils ?

Djangophil se lance dans « Brazil » (#7) avant d’aborder l’un des morceaux de bravoure du répertoire manouche piqué aux big band US. « Tiger Rag » (#8) : contraste sud nord entre ces 2 morceaux, « carioca » et « marching band » le temps pour les héritiers du flaneur Django de mettre tout le monde d’accord au son des « Argentines » (marque des cordes des guitares).

Collez, serrez, une ballade langoureuse de Ménilmuche pour ceux qui ne doutent pas … « Si tu savais » (#9)

« Carpates show » (#10) est un thème qui cache une harmonie aussi évidente qu’un sentier de mûle à flan de montagne : les trois solistes rivalisent de virtuosité et d’astuces musicales pour s’en sortir par le haut !

Drapé de son maintien de torero, Djangophil du bout de ses plectres rend hommage à Wes, le guitariste sans médiators : un beau « Boléro for Wes » (#11) …

Le titre éponyme pose sa pompe manouche doublée de peau de renne dans « Baldwin Street » (#12), à Toronto, où l’on apprend à slalomer entre galeries couvertes et blizzard du grand nord.

Enfin, la réponse de Bib à Ulmer (titre 9), « If You Knew » (#13) vient rassasier en conclusion ceux qui n’auraient pas compris que le jazz manouche, c’est avant tout de la guitare !


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article